Clara, responsable de fabrication
Clara G., responsable de fabrication
31 octobre 2016
Erwan, charpentier
Erwan, charpentier bois après une reconversion professionnelle
31 octobre 2016

Amélie M., chargée de communication multi-secteurs

Amélie, chargée de communication multi-secteurs
Bonjour Amélie ! Merci de te prêter au jeu du Parcours Pro de PasseTonTeo ! Tu peux te présenter à nous ? Qui es-tu ? D’où viens-tu ? Que fais-tu ?
Et bien, je suis une trentenaire qui a toujours un, deux, ou trois projets en cours et des dizaines à venir, je suis également aussi mère de deux bout’choux, ce qui fait de moi une femme occupée. D’ailleurs pardon pour le délai de réponse de cette interview. Je suis originaire du Finistère et je travaille aujourd’hui en Anjou en tant que chargée de communication pour un groupement d’employeurs.

Peux-tu nous raconter ton parcours depuis la fin de ton lycée à aujourd’hui ?

Oui, je peux… si vous êtes bien installé :).
En 2002, j’obtiens un bac STI Arts Appliqués (à ce jour BAC STD2A), et je quitte Brest pour Toulouse où j’effectue un BTS EVEC (aujourd’hui BTS DCEV). Diplôme obtenu à 20 ans, je continue en voulant prendre mes distances de la filière Art Appliqué. Et me voilà partie pour Perpignan, en licence professionnelle Activités culturelles et artistiques, concepteur réalisateur d’interventions théâtrales. Un an de formation riche en apprentissage et en partage d’expérience, qui me permet de me rendre compte que le monde du théâtre n’est pas fait pour moi. Je termine mon contrat de travail dans une compagnie de théâtre, on est alors en 2005, j’ai 23 ans et j’ai des envies d’ailleurs. Je pars aux USA en 2006 et 2007, je reste en tout 12 mois sur place en tant que fille au pair.
Le retour est un peu compliqué, j’enchaine les petits boulots et en 2008, j’obtiens à l’AFPA une formation sur le logiciel de dessin assisté par ordinateur AUTOCAD. Je décroche 6 mois plus tard un poste à double compétences de dessinatrice et infographiste dans une entreprise de vente de matériel d’éclairage en Loire Atlantique. J’y reste trois ans.
On est en 2012, je suis arrivée à Angers. Après une pause maternité, je reprends mes recherches d’emploi dans cette nouvelle ville, parallèlement à un bilan de compétences. Je me rends compte que je ne suis plus bien formée. Et là, j’ai l’opportunité de reprendre mes études en alternance. Et c’est parti pour deux années intenses entre les études, mon travail de chargée de communication et mon nouveau rôle de jeune maman.
En octobre 2015, le master I de responsable commerciale et marketing en poche, je suis recrutée par un groupement d’employeurs, et me voilà aujourd’hui chargée de communication dans trois domaines d’activité différents : bâtiment, ressources humaines et informatique.

Es-tu parvenue à allier dans ton métier, ta passion pour l’art et la peinture, comme tu le voyais plus jeune ?
C’est sûr que l’image idéalisée de mon métier à 18 ans et ma profession actuelle est assez éloignée. Pour autant, même si la création n’est pas au rendez-vous chaque jour, je suis toujours impliquée dans les décisions des choix graphiques, et comme je travaille pour des petites structures, je mets encore régulièrement la main à la pâte.

Est-ce que l’actualité économique t’a poussée à orienter tes choix professionnels ?
Bien sûr, je suis une fille pragmatique ; la loi de l’offre et de la demande. Pas de poste pour mon profil, il fallait donc que je m’adapte, et me reforme pour répondre à la demande des employeurs potentiels. 

Quelle est l’expérience qui t’a le plus marquée dans ta vie professionnelle ?
C’est la rencontre avec l’employeur qui m’a permis de faire de l’alternance en 2013. Une expérience professionnelle précédente me laissait une grande rancœur envers la hiérarchie. Cette personne m’a fait confiance, et m’a donné la reconnaissance dont j’avais besoin. Je lui en suis infiniment reconnaissante. D’ailleurs c’est toujours l’un de mes employeurs à ce jour !

Si tu te replaces des années en arrière, est-ce que ton orientation a été un sujet important lors de ton parcours scolaire ? 
Oui, c’est sûr. Si j’avais fait des études sans avoir eu une forte motivation, je n’aurais pas pu valider les formations. Mon moteur, c’est l’envie ! Autre point important, on a le droit de se tromper, de se chercher. Le tout est d’apprendre de son parcours (et non pas de ses erreurs de parcours) ; chaque étape nous construit peu à peu.
Et la question qu’on aime bien sur PasseTonTeo… Quel conseil donnerais-tu à un jeune qui cherche sa voie ou qui ne se plaît plus dans son métier d’aujourd’hui ?
Je pense qu’il faut pousser les portes des entreprises pour découvrir vraiment un métier. L’alternance, effectuée sur le tard pour moi, fut une révélation. Il y aura toujours des patrons ronchons, mais il faut insister. Les chefs d’entreprise sont pour la plupart des passionnés, et si on demande à un passionné de nous faire découvrir son univers, il sera toujours d’accord.
Le mot pour la fin… que pourrais-tu souhaiter à notre Test d’Evaluation et d’Orientation, TEO ?
Longue vie au TEO, qu’il soit découvert par le plus grand nombre.

Mille fois MERCI Amélie pour cette interview du Parcours Pro !

Vous aussi, vous vous posez des questions sur votre avenir ? Sur vos capacités ? Passez votre TEO !

COMMENTER SUR FACEBOOK

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *